Carnet de chantier

Consécration du stoupa

# 10 – 20 Novembre 2016

Le dimanche matin, dans la brume matinale, des instruments de musique ont été transportés à l’intérieur d’une tente spécialement érigée à côté du stoupa. Une certaine effervescence régnait autour du monument, ainsi que dans l’Institut de Dhagpo.
Le rituel traditionnel du rabné, destiné à insuffler la touche de vie finale, a pris place devant le stoupa orné de guirlandes de fleurs et de bols d’offrandes. Khenpo Chödrak Rinpoché et Thinley Rinpoché ont conduit la pratique, aux côtés de la communauté monastique.
Au même moment, dans l’Institut, lama Jigmé Rinpoché guidait la pratique méditative du gourou yoga du XVIe karmapa. Près de 500 personnes, venues de toute l’Europe, étaient rassemblées afin d’unir leurs souhaits et leurs prières pour le prompt retour de Shamar Rinpoché.
Puis, alors que le soleil dardait ses rayons sur le sommet doré du stoupa, lama Jigmé Rinpoché est venu accomplir la phase finale du rituel de consécration en dévoilant l’emplacement de la niche du stoupa, jusqu’alors recouvert d’un tissu jaune, révélant ainsi la toute première statue du XIVe shamarpa, Mipam Chökyi Lodrö, qui trône désormais dans cette niche marquant le cœur du stoupa.
Chacun a pu venir se recueillir devant le stoupa, offrir une kata et formuler les premiers souhaits en tournant autour de ce support de pratique accessible dès à présent et pour les siècles à venir.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Insertion de l’arbre de vie

# 9 – Novembre 2016

Le stoupa est terminé ! La dernière étape de sa construction a pris place il y a quelques jours avec l’insertion du sokshing et la pose de l’élément sommital, couronné de la lune et du soleil.
Un cylindre en métal a été rempli par les substances que nous connaissons désormais – rouleaux de mantras, pierres semi-précieuses, plantes médicinales, lavandes et cèdres. Le milieu du cylindre est resté évidé pour recevoir le sokshing.
Une belle procession a accompagné l’arbre de vie au son des trompes. Les participants ont pu formuler des souhaits pour le bien de tous sur une kata attachée au sokshing. Celui-ci s’est élevé dans les airs pour aller se ficher au cœur du stoupa. L’élément sommital, symbolisant la protubérance crânienne du Bouddha, est ensuite venu le coiffer d’or sous le regard ému de l’assistance.
Une courte cérémonie de clôture a pris place.
Il ne reste désormais que la niche à garnir d’une statue de bouddha. De quel bouddha s’agira-t-il, nous laissons le suspens pour le jour de la grande consécration qui approche à grands pas.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Pose du bumpa et rituels des mandalas

# 8 – Novembre 2016

Comme expliqué dans le carnet de chantier précédent, les deux mandalas de Tsuktor Drimé et Özer Drimé gravés sur des plaques de métal ont été insérés dans les chambres supérieures du stoupa. Des pratiques reliées à ces yidams doivent être accomplies en présence du stoupa. À cette occasion, la petite salle de réunion de l’Institut qui a une vue directe sur le stoupa s’est transformée en temple. Instruments rituels et chants emplissaient le couloir devenu annexe de ce temple improvisé. Pendant que le rituel allait bon train, le bumpa (la partie campaniforme du stoupa) était posé sur la chambre préalablement remplie. Les moines et moniales de Kundreul Ling sont venus prêter main-forte pour accomplir ces pratiques complexes. Au cours du rituel, l’assemblée effectue des offrandes aux êtres qui peuplent les lieux ainsi qu’au stoupa lui-même, dans chacune de ses directions cardinales. Ces offrandes sont symboliques, les véritables offrandes se trouvent à l’intérieur du stoupa.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Deuxième et troisième étages

# 7 – Novembre 2016

L’assemblage du stoupa se poursuit avec l’incorporation des substances et objets consacrés dans leurs chambres respectives.
La seconde chambre, de forme carrée, accueille ainsi des tsatsas, des rouleaux de mantras d’Amitabha et des cinq grandes dharanis. Dans la partie supérieure de la chambre, a été inséré le mandala complet du yidam Tsuktor Drimé, gravé sur une plaque de cuivre et orné de ses offrandes spécifiques.
La chambre a ensuite été fermée hermétiquement. De nouvelles dalles de granit ont été scellées au-dessus avant de poser la troisième chambre, de forme semi-circulaire. Elle est évidée à l’intérieur pour permettre au sokshing de venir se ficher au cœur du mandala du yidam Özer Drimé.
Cette dernière chambre abrite une boite contenant des effets personnels (notamment des vêtements) et des reliques de Shamar Rinpoché, mais aussi des précédents shamarpas, des XVe et XVIe karmapas et de Guendune Rinpoché. L’espace restant est empli de rouleaux de mantras des bouddhas et des yidams. Les interstices sont garnis d’un mélange de cèdre, de plantes médicinales, de pierres précieuses et semi-précieuses. Les 102 volumes du Kangyur (la partie du canon tibétain constituée des paroles du Bouddha) couronnent la chambre. Enfin, le dessous du couvercle qui vient la sceller est orné de deux mandalas : celui qui rassemble la communauté et celui qui l’harmonise.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Le premier étage du stoupa

# 6 – Octobre 2016

Dans la brume du petit matin à Dhagpo, les livraisons de pierres se succèdent pour bâtir le premier étage du stoupa.
Ce premier étage une fois érigé, la chambre qui accueille les rouleaux de mantras et les tsatsas a été insérée. Le matin, les personnes qui ont pris part à son remplissage ont d’abord pris les voeux de sojong, dès l’aube.
Au centre de la chambre a été déposé un grand vase de richesses contenant, entre autres, les bijoux et objets précieux offerts. Des vases de plus petite taille garnis de nourriture (graines, fruits séchés) et de plantes médicinales sont venus l’entourer. Des pierres semi-précieuses ont ensuite été déposées, notamment une énorme améthyste.
Puis les tsatsas sont venues prendre place  tout autour et au-dessus des grands rouleaux de mantras.
Les espaces médians ont été comblés par un mélange de plantes (épines de thuya, de cèdre et de la lavande) toutes issues de Dhagpo ainsi que de plantes médicinales séchées.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Assemblage de la base du stoupa

# 5 – Octobre 2016

Les plaques de granit ont été présentées autour du stoupa pour s’assurer de leur emplacement. Les pierres ont ensuite été relevées, une par une, par le camion-grue et fixées sur un lit de mortier. Les joints viennent ensuite lier et aligner l’ensemble.
Il ne s’agit pas encore du stoupa à proprement parler, mais de son large « support » sur la base duquel il sera érigé.
Les travaux ont même pris un peu d’avance grâce à l’exécution parfaite des fondations. Nous attendons maintenant la prochaine livraison de pierres pour monter le premier étage du stoupa.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

L’arrivée des pierres

# 4 – Mercredi 12 octobre 2016

Après trois 3 jours de trajet, un poids lourd arrive à Dhagpo chargé des premiers blocs de granit. 22 tonnes sont livrées ce jour-ci. Elles seront complétées par 3 autres transports, pour atteindre les 80 tonnes qui constitueront le stoupa. Entre deux sessions de méditation à l’Institut, des bénévoles viennent accueillir cette arrivée et voir flotter dans les airs les immenses rochers qui semblent défier les lois de la gravité au-dessus de leurs têtes.
Les maçons arriveront quant à eux le dimanche suivant. Experts en construction de stoupas, ils rejoignent l’équipe de ce projet pour l’assemblage des blocs de pierre.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Cérémonie de consécration et d’insertion des vases 

# 3 – Septembre 2016

Une fois le niveau inférieur des fondations terminé et les dalles sèches, les premières étapes d’insertion des substances dans le stoupa ont pu prendre place.
Après un court rituel, les substances liées aux protecteurs ont donc été déposées, début septembre, et ont été recouvertes d’un mélange de pierres concassées et tassées. Un cube est resté vide au centre pour recevoir les vases. Le ferraillage de cette partie accompli, une dalle a ensuite été coulée pour laisser place aux préparations. La première chambre, au cœur du stoupa, accueille différents vases en offrande aux nâgas. Mi-septembre, s’est déroulée une cérémonie de consécration qui a débuté dans le temple, puis tous les participants ont porté les vases en procession jusqu’à l’autel dédié devant le stoupa. Ils ont été déposés dans le cube évidé prévu à cet effet qui a ensuite été scellé et recouvert de béton.
La première étape concernant les fondations du stoupa s’achève donc, avec l’arrivée des premiers blocs de granit, l’assemblage du premier niveau peut maintenant prendre place.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Les fondations

# 2 – Septembre 2016

Pendant que les substances qui logeront à l’intérieur du stoupa sont réalisées, les premiers travaux de gros œuvre débutent à l’extérieur pour préparer les fondations du stoupa. Tandis que la pelleteuse commence à creuser un quadrilatère de 1 mètre 70 de profondeur, les hommes forts courbent les tiges de métal destinées à fabriquer l’armature contenue dans le béton. Une fois la dalle de béton sèche, vient l’étape du coffrage de la fondation et de son remplissage.  Sur ce chantier collaboratif se croisent des maçons professionnels bénévoles, des filles pêchues, enseignants, bibliothécaires et bénévoles de tous horizons qui prêtent main forte dans la bonne humeur.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !

Pratique d’offrande et de purification par le feu

# 1 – Le 28 août 2016

Avant que les gros de travaux commencent, une pratique d’offrande et de purification par le feu a été accomplie fin août, guidée par Shabdrung Rinpoché qui était à Dhagpo pour son enseignement annuel, en présence de lama Jampa et des lamas et drouplas de Dhagpo. Cette pratique avait pour but d’amener les êtres de sagesse et les êtres ordinaires à se relier positivement au projet du stupa, et rassembler ainsi les bonnes conditions pour démarrer les travaux de construction. Voici donc quelques photos de ce rituel.

Si vous souhaitez participer au projet, visitez notre page “participez” !